Victoire environnementale sans précédent à Jaffa qui a permis de sauver des arbres historiques, illustrant le pouvoir de l’activisme

Par Galia Limor-Sagiv et Aya Tager

 

Jerusalem Avenue in Jaffa. Photo Vered NavonLes magnifiques ficus qui longent l’avenue de Jérusalem à Jaffa sont une marque historique de cet axe central de la ville. Ils sont une richesse pour la ville, pour ses habitants et pour tout l’environnement urbain. Toutefois les services qu’ils apportent ont longtemps été ignorés, en particulier par NTA, l’entreprise retenue pour construire le tramway de Tel-Aviv.  Elle voulut détruire les 26 arbres, vieux de 70 à 100 ans, comme l’avaient étés des dizaines d’arbres sur le tracé de cet important transport en commun dont le projet avait été lancé en août 2015.

Le besoin pour des moyens de transport en commun urbains, non polluant et consommateurs d’énergie propre est criant dans cette zone la plus dense du pays. Pourtant les projets d’infrastructure de cette ampleur doivent aussi être soumis au public pour qu’il puisse en faire une critique constructive.

Très vite, la section de Tel-Aviv de la SPNI a compris l’importance de cette question et a travaillé avec les résidents, d’autres ONG et des professionnels de Jaffa pour lancer une campagne à plusieurs niveaux demandant une discussion des plans avec toutes les parties prenantes, la municipalité de Tel-Aviv, les habitants du quartier, les planificateurs, les ONG environnementales, les associations citoyennes et les spécialistes concernés.

Philipe Brandes, architecte urbaniste, résident de Jaffa, participa au projet de la SPNI et prépara un plan d’urbanisme alternatif qui conserverait les arbres tout en permettant de ne pas retarder la construction du tramway. D’autres professionnels, de l’Université de Tel-Aviv et de la municipalité ont apporté leur expertise pour soutenir la campagne médiatique, comme Reuven Ladianski, le responsable de l’environnement à la mairie, Yoav David, architecte de la ville, Oded Gvuli, Ingénieur urbain et Hagai Yaron, le président du Comité directeur du tramway.

Jerusalem Avenue, Jaffa. Photo Vered Navon

Il fallut surmonter de nombreux obstacles pour qu’enfin NTA accepte d’écouter les résidents, alors que tant d’arbres avaient déjà été abattus sans tenir compte des besoins du public.  Finalement, grâce aux efforts permanents de la coalition mise sur pied par la SPNI, on a pu voir un changement. Début octobre, après un combat qui se poursuivait depuis trois ans, le constructeur a accepté de modifier le tracé du tramway afin de sauvegarder les  26 ficus.

 

Galia Hanoch-Roe, Directrice de la section de Tel-Aviv de la SPNI, a déclaré : "Nous accueillons chaleureusement ce changement de perception qui reconnait l’importance de la participation du public au processus. Pour la première fois, une discussion sérieuse sur des plans alternatifs présentés par les résidents a eu lieu et des représentants compétents du public ont été impliqués dans le processus de planification. Nous complimentons NTA, l’ingénieur de la ville et les représentants de la municipalité pour leur ouverture d’esprit et pour la coopération fructueuse qu’elle a permis. Cela a conduit à un plan optimisé englobant le tramway, l’espace public et les voies vertes historiques. 

A tour with local residents by SPNI Tel-Aviv Branch. Photo Galia Limor-Sagiv

Cette avenue est la seule de Jaffa qui peut se vanter d’avoir autant d’arbres luxuriants et nous espérons que les prochaines phases du plan de construction vont les préserver et protéger cette richesse, comme il a été promis. Nous considérons cela comme un signal pour que dans le futur les arbres soient partie intégrante de l’infrastructure, et que l’option de plantations significatives d’arbres dans des conditions apportant un habitat approprié soit systématiquement incluse dans la pratique de la planification urbaine".